Cycle de conférences initié par Thomas Hirschhorn

Conférence à venir :

🗓️ Samedi 22 juin, 16h30

Discussion avec Jules Descamps : "Les déboulonnages de statues dans l'espace public : vers une remise en question de la pérennité des monuments ?"

De pierre, de bronze, ou de marbre, les monuments ont longtemps été conçus de manière à résister au temps, à le défier. Selon un principe intemporel, les statues représentaient aussi bien une figure politique, sociale ou culturelle, qu'une volonté d'inscrire une mémoire. Dès le début du XXe siècle, et jusqu'à aujourd'hui, de nombreux artistes, historien.ne.s, et penseur.euse.s viennent interroger ce présupposé. L'exemple des monuments aux morts français de la Première et Seconde Guerre mondiale témoigne d'un décalage. Dégradés, à la fois dans leur matérialité, usés par l'érosion, puis dans leurs significations morales, axées sur un discours patriotique, ces mémoriaux relèvent d'un passé resté passé, pointé par le discours critique de la fin du XXe siècle.

Lien d'inscription

Conférences passées :

🗓️ Samedi 18 mai
- Discussion (en anglais) avec Martyna Ewa Majewska, Docteur en Histoire de l’art, enseignante et chercheuse à l’Université Paris Nanterre et l'Université Paris Cité. Auteure d’un projet de recherche intitulé « Monuments alternatifs : La reconstitution et la performance de groupe dans l’art américain contemporain ». Cette discussion portera sur ce que Martyna Ewa Majewska appelle « les contres-monuments incarnés ».
- Projection de Stonebreakers (vostfr) par Valerio Ciriaci, 2022. Stonebreakers est une chronique des conflits autour des monuments qui ont surgi aux États-Unis lors des manifestations de George Floyd et de l’élection présidentielle de 2020. Alors que les statues de Christophe Colomb, des Confédérés et des Pères fondateurs tombent de leur piédestal, les mythes triomphalistes de la nation sont remis en question. En explorant les paysages changeants de la monumentalité américaine, le film interroge le lien entre l’histoire et l’action politique dans une nation qui doit faire face à son passé de manière plus urgente que jamais.

🗓️ Samedi 25 mai, 16h30
L’artiste Arthur Francietta et le curateur Andy Rankin ont fondé l’Oblivion Collection, une plateforme numérique qui recense les œuvres d’art disparues, qu’elles aient été volées, perdues, endommagées ou détruites.
A l’occasion de leur discussion du 25 mai, ils retraceront l’histoire d’Avalanche et d’Erosion972, deux expositions dans lesquelles les œuvres d’art ont été vendues au gramme. Arthur Francietta s’était alors saisi de fragments issus de la statue de Joséphine de Beauharnais de Fort-de-France qui a été attaquée de nombreuses fois.

Andy Rankin & Arthur Francietta
Andy Rankin & Arthur Francietta