Sur le stand de la galerie Pact, les toiles bleues de Rose Barberat ont été peintes pendant le confinement à Poush, justement, où l’artiste a pris un atelier car les Beaux-Arts avaient une jauge réduite. Comme plongés dans une piscine, un cyclope et des jeunes gens paraissent en apnée dans ses toiles. «La période que nous avons vécue était à la fois excitante et reposante. J’ai voulu synthétiser ce ressenti du réel avec le bleu», explique-t-elle. La galerie H propose des scènes autrement plus réalistes : Arnaud Adami prend pour sujet des livreurs Deliveroo.

Lire l’article